Géocommuns

Représenter et valoriser à façon les géocommuns numériques

  • Cartographie

  • Promotion 6

Institut national de l’information géographique et forestière (IGN)

Saint-Mandé (94)

Design, Développement

L’équipe

Le défi à relever

L’administration porteuse

L’IGN, le facilitateur de la création de « géocommuns »

L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle des ministères chargés de l’écologie et de la forêt. Sa vocation est de produire et diffuser des données (open data) et des représentations (cartes en ligne et papier, géovisualisation) de référence relatives à la connaissance du territoire national et des forêts françaises ainsi qu’à leur évolution.

La problématique identifiée

Imaginer la trajectoire des géocommuns ne peut se faire sans écouter les usagers, les partenaires et la communauté interne de l’institut

Ressources produites et/ou entretenues par une communauté hétérogène et gouvernées par des règles édictées par le collectif, les communs se déclinent au plan numérique lorsque la ressource est intrinsèquement liée à l’information géolocalisée. L’IGN s’affirme ainsi comme un acteur de référence des géocommuns numériques. L’acquis de l’ouverture des données permet en effet de changer d’échelle dans la coproduction avec des partenaires et des communautés contributives de cartes et de logiciels libres. Pour autant, si l’Institut ne peut répondre à tous les besoins par lui-même, tels que les données locales ou la mobilité, il doit investir à plein son rôle de rassemblement des parties prenantes autour de défis d’intérêt commun.

L’hypothèse à vérifier

L’accessibilité cartographique numérique 2D/3D à la demande et la valorisation à façon des données 3D ouvertes Lidar sont deux leviers de rassemblement des parties prenantes autours de géocommuns

Un premier volet exploratoire concerne les données du programme national Lidar 3D. L’IGN produit et diffuse une cartographie 3D de l’intégralité du sol et du sursol de la France. Il s’agirait de tirer le plein potentiel de ces données au travers des démonstrateurs performants, appliqués aux domaines du risque inondation, de la forêt, de l’aménagement du territoire, etc. Une autre facette des géocommuns concerne l’accessibilité cartographique numérique en 2D/3D. En effet, l’accès à l’information cartographique reste compliqué pour différentes populations : ainsi, la légende cartographique n’est pas adaptée aux personnes en situation de handicap visuel ; de même, l’impression cartographique en relief est impossible à un coût raisonable pour atteindre tout territoire et tout public.

Les ambitions du projet

Représenter et valoriser à façon les géocommuns numériques

Le défi EIG s’inscrit pleinement dans la stratégie de l’établissement. L’IGN observateur du territoire national en continu : l’Institut va recentrer et développer ses activités de production et de valorisation sur la cartographie de l’anthropocène. L’IGN acteur des « communs » numériques : en complément de ses activités de production, l’Institut doit investir à plein son rôle de rassembleur des parties prenantes autour de défis d’intérêt commun. Enfin, l’IGN cartographe, compagnon des découvertes et des représentations : car le numérique démultiplie le potentiel de la carte comme outil de médiation.