GDR Santé

Sécuriser les processus d’autorisation-surveillance des médicaments et produits de santé

  • Santé

Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)

93200 Saint Denis

Design, Data science, Développement

L’équipe

Le contexte

Chaque année, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) reçoit, pour le médicament, environ 1 000 demandes d’autorisation de mise sur le marché, 1 000 d’autorisations d’essais cliniques ou encore 115 000 signalements de pharmacovigilance. Leur traitement fait appel à différents profils d’agents et les profondeurs d’analyse dépendent de facteurs tels que la complexité scientifique, le profil des patients ou encore la sensibilité sociétale.

Depuis 2019, l’ANSM a adopté une politique de gestion de ces demandes par les risques.

La problématique

Aujourd’hui, les demandes sont réceptionnées et hiérarchisées par des évaluateurs généralistes qui ne disposent pas toujours des connaissances (historique, etc.) pour définir le meilleur mode de traitement. Des critères de risque ont été identifiés par type de demande et de métiers mobilisés en s’appuyant sur différentes bases de données rigides mais leur exploitation via Excel s’avère fastidieuse, chronophage et subjective.

Le terrain de jeu

Le défi consiste en la création d’un outil d’aide à la décision qui permettra de détecter les risques et enjeux associés à chaque nouvelle demande reçue par l’ANSM, et de proposer le mode de traitement le plus adapté.

Les défis techniques

La solution :

  • permettra de bien orienter chaque dossier en assurant la détection des dossiers sensibles
  • reposera sur un algorithme d’aide à la décision/un modèle de machine learning
  • sera fondamentalement centrée utilisateurs et reposera sur l’animation d’une communauté de testeurs et futurs utilisateurs

L’impact 

Grâce à l’outil créé, l’ANSM pourra :

  • apporter à chaque dossier l’expertise technique et scientifique adaptée au niveau de risque
  • proportionner les ressources d’expertise allouées à chaque dossier en fonction des enjeux de santé publique
  • apporter un traitement égal, à situation égale
  • garantir la cohérence des modes de traitement entre ses différentes directions

L’ensemble permettra de renforcer la confiance des citoyens dans l’expertise des autorités sanitaires.